Gravures et emblèmes des traités alchimiques et hermétiques





revu le 10 novembre 2013 - vers § visionneur - diaporama


liste des traités : Atalanta fugiens - Philosophia Reformata - Triomphe Hermétique - Douze Clefs de Philosophie - Livre des Figures Hiéroglyphiques - Livre d'Abraham Juif - Mutus Liber - Toyson d'Or [Splendor Solis] - De Lapide Philosophorum [Lambsprinck] - Donum Dei - L'Escalier des Sages - Typus Mundi - Vices et les Vertus de Notre-Dame de Paris - signes du zodiaque - Tarot alchimique - Jardinet récréatif hermetico-spagyrique - Figurarum Aegyptiorum secretarum, du Philosophe Solidonius - Aurora consurgens - Theatrum chemicum britannicum - Livre de la Sainte Trinité - Rosarium philosophorum - Ripley Scrowle - Alchemia [emblèmes de Libavius] - Azoth [Occulta Philosopha, etc.] - Orthelius [Commentarius in Novum Lumen Chymicum] - Nazari [Della tramutatione metallica] - Salmon [Medicina practica] - Maier [Symbola Aureae Mensae] - poêle de Winterthur



Planches couleur, Jaro? Griemiller z Tøebska, Rosarium Philosophorum, Prague, 1578. et Figürliche alchimia, XVIIe -

 [nota : pointez le curseur sur l'image pour stopper temporairement  le défilement - pour les internautes équipés d'un modem 56 bps, il faut attendre à peu près deux minutes pour le chargement total des 29 images, mais le défilement commencera avant]



Note : le navigateur Firefox dispose d'une extension XPI permettant de visualiser une étiquette image à partir d'un lien. Il s'agit de Hover Hand accessible sur :

https://addons.mozilla.org/fr/firefox/addon/hover-hand/?src=api

Lorsque vous passez la souris sur un lien image, une prévisualisation de l'image apparaît.


Les traités alchimiques peuvent être rangés en trois catégories qui peuvent d'ailleurs se recouper : ceux présentant un texte et des images, ou un texte seul ou des images seules. Si l'on voulait prouver la modernité des ouvrages traitant d'alchimie, il n'y aurait qu'à feuilleter ces livres d'images qui représentent souvent du Surréalisme avant la lettre. Il s'agit de scènes d'allégorie, à dominante mythologique, assez souvent. D'autres fois, les scènes ont été absolument inventées et donnent à voir des luttes entre animaux ou encore des paysages dans lesquels dominent l'eau et l'arbre, en l'occurrence souvent le chêne. Souvent encore, il n'apparaît pas de relation évidente entre le texte et l'image. Le lecteur a alors le sentiment de perdre pied du fait de l'apparent manque de cohérence entre un texte et une image, censée s'y rapporter, alors que les deux présentent un point de cabale hermétique qui sert d'amer au nautonier et qui représente un point fixe dans la mer des philosophes. Ailleurs, comme dans le Mutus Liber, ce sont des scènes isolées qui sont présentées ; ces traités sont parfois d'un abord plus difficile que les autres, d'autres fois paraissent - trompeusement - d'un abord plus facile. Celui qui n'aura pas étudié les grands textes auparavant, n'y comprendra pas grand'chose en général. Il se laissera alors aller à la rêverie devant des gravures dont la beauté est certaine mais dont le contenu lui restera lettre morte. Nous avons souhaité faire oeuvre utiles en réunissant un certain nombre de gravures parmi les ouvrages les plus importants qui ont été commentés et annotés sur ce site. Le lecteur ne trouvera pas ici une encyclopédie des images et des gravures alchimiques. Néanmoins, nous lui donnerons à voir des images qui se rapportent en général, à un texte qui est commenté. Libre à lui, s'il veut approfondir le sujet, d'aller dans la section où il trouvera le texte correspondant, conjoint à l'image. Afin de limiter le temps de chargement des images, il n'était pas question de les faire figurer sur cette page. Aussi, sont-elles réunies par corps d'ouvrage, sous des liens hyper-textes à partir desquels le lecteur accèdera à l'image. Il lui faudra compter en général sur un temps de chargement de 1 min. par image.

Nous recommendons au lecteur un texte qui est particulièrement cher à notre coeur, l'Atalanta fugiens, qui se compose de cinquante chapitres,  commentés de juillet 2001 au mois d'avril 2002. Ce texte est une sorte d'oeuvre totale qui parle à la fois par le texte, l'image et le son puisque cinquante fugues [il s'agit en fait de canons] y sont annexées. S'y rattache le Symbola Aureae mensae (1617).

La Philosophia Reformata de Mylius est un ouvrage protéiforme qui doit beaucoup aux Douze Clefs de Philosophie du pseudo Basile Valentin, le moine fabuleux d'Erfurth. Beaucoup d'emblèmes présentés ne sont, en effet, que des variations sur le thème imposé par Basile dans ses Clefs. Quant aux Douze Clefs, on en connaît au moins deux versions, l'une figurant dans le Tripus Aureus édité par Michel Maier en 1618, et l'autre dans les Chymische Schrifften, datant de 1677. Nous donnons ici les deux versions.

Le Triomphe Hermétique de Limojon de saint Didier est l'un des fleurons de l'alchimie. Limojon fut à la fois diplomate et adepte ; voyez aussi un autre texte fort important, la Lettre aux Vrais Disciples d'Hermès.

Le Livre des Figures Hiéroglyphiques est un traité fort curieux dont, sans doute, pas une seule ligne n'a été écrite par Nicolas Flamel. La section est complétée par un examen de la maison de Nicolas Flamel. Il se pourrait qu'Arnaud de la Chevalerie ne soit point étranger à la rédaction des Figures mais là comme ailleurs, les pistes ont été brouillées...

Le Livre d'Abraham Juif a connu un sort singulier puisque, selon toute probabilité, il n'a jamais existé comme l'a montré Fulcanelli, dans son Mystère des Cathédrales. C'est l'un des nombreux fantômes de la bibliothèque alchimique qui s'apparente parfois à celle de Borges [cf. la Bibliothèque de Babel]. On compte de nombreuses versions en couleurs [cf. carrousel].

Le Mutus Liber est l'un des plus grands traités muets du corpus alchimique. Plusieurs versions existent avec des emblèmes en noir et blanc ou en couleurs. C'est un ouvrage fort complexe où la fleur et l'étoile sont disposés en contrepoint chromatique. On compte au moins trois versions de ces gravures extraordinaires ; celle de la Bibliotheca Chemica Curiosa de Manget se distingue par son caractère fort soigné.

La Toyson d'or - alias Splendor Solis - recèle de grandes beautés avec des emblèmes en couleurs disposés en forme de cartouches où des scènes allégoriques côtoient des scènes mythologiques ; le thème du char y est très présent. Trois versions sont présentées ici, l'une datant de 1582 de la British Library, l'autre datant de 1598, de Nuremberg. La dernière, de Hamburg (1708).

Le De Lapide Philosophorum est un traité que l'on croit très ancien puisque le pseudo Flamel s'y réfère dans les Figures Hiéroglyphiques. Il s'agit d'un ensemble de quinze poèmes allégoriques, agrémentées de quinze figures. Nous en avons donné une interprétation éclatée dans nos sous- sections consacrées au symbolisme alchimique. On en connaît plusieurs versions dont l'une figure dans le Musaeum Hermeticum ; l'autre, en couleurs, est postérieure et sa facture est beaucoup moins précise. J'aurai peut-être l'occasion de revenir sur ces différences qui témoignent d'un épuisement du symbolisme.

Le Pretiosissimum Donum Dei est un ouvrage des plus curieux qui soient et dont on connaît de nombreuses versions. La plus belle, la plus mystérieuse aussi, est pour nous la série datant de 1475. À maints égards, le Pretiosissimum Donum Dei est un autre Mutus Liber. L'iconographie a été reprise par Mylius en 1628 dans son Anatomia Auri.

L'Escalier des Sages est moins connu ; il est composé d'un texte parfois fort abscons et de splendides gravures en taille douce dont nous avons agrémenté le commentaire du Poème du phénix attribué à Lactance. E. Canseliet en a donné une planche en frontispice de ses Etudes de Symbolisme alchimique, parues chez Pauvert en 1978.

Le Typus Mundi est peut-être l'un des fleurons surréalistes du corpus ; il est vrai que l'on pourrait en dire autant de maints traités... Les circonstances de sa rédaction sont sans doute des plus curieuses et des plus obscures.

Les Vices et les Vertus de Notre-Dame de Paris, disposées au portail central ont servi de « pré-texte » à Fulcanelli pour rédiger une grande partie du Mystère des Cathédrales. Nous en avons donné notre version et complété l'analyse pour quelques médaillons où le grand Adepte était resté muet. On peut considérer qu'il s'agit d'un Mutus Liber égaré au XXe siècle. Ces médaillons sont analysés en marge d'un ouvrage, dont s'est sans doute inspiré Fulcanelli, rédigé par Esprit Gobineau de Montluisan au XVIIe siècle.

Le Jardinet hermético spagyrique de Stolzenberg [Stolcius] présente 160 médaillons illustrant par une maxime et un court commentaire la vie de chaque Adepte de l'Art sacré. Le Dyas Chymica Tripartita, compilation de Johannes Grasseus, en présente de magnifiques versions [Johann GRASSHOF [Hermannus Condeesyanus]. Dyas chymica tripartita, Das ist: Sechs Herrliche Teutsche Philosophische Tractätlein, Deren II. von an jtzo noch im leben: II. von mitlern alters: und II. von ältern philosophis beschrieben worden. Nunmehr aber Allen Filiis Doctrinæ zu Nutz an Tag geben, und mit schönen Figuren gezieret. Durch H[ermannus] C[ondeesyanus] D. 4° Franckfurt am Mayn bey Luca Jennis zu finden 1625].

Le Theatrum Chemicum Britannicum, compilation d'Elias Ashmole, est un grand classique de l'alchimie : cet ouvrage a été lu par tous ceux qui se sont penchés sur l'alchimie, en particulier Isaac Newton et C.G. Jung. L'exemplaire disponible sur le site suivant : http://dewey.library.upenn.edu/sceti/ a été annoté de la main de Newton.

L'Aurora Consurgens est un magnifique recueil que certains, Marie-Louise von Franz et Carl Gustav Jung, attribuent à saint Thomas d'Aquin. Le texte est orné de trente huit aquarelles et on compte sept versions de l'ouvrage. Ce sont les miniatures du mss de Zurich que nous avons disposées ici. Pour un commentaire sur ces aquarelles, cf. Aurora consurgens I - II - III -

Le Livre la Sainte Trinité [Buch der Heyligen Dreyfaldekeit] est le pendant chrétien des illustrations profanes de l'Aurora consurgens. Il a été rédigé vers 1410 et on en connait de nombreux exemplaires. Les reproductions que l'on verra ici sont datées du XVe siècle.

Le Rosarium Philosophorum (1550) est un ouvrage presque aussi important que la Turba, à laquelle le rattachent maints traits, notamment la façon dont plusieurs « autorités » [pseudo] se distribuent le discours. On y trouve un ensemble fascinant de vingt et une gravures qui comptent parmi les plus célèbres du symbolisme alchimique, au point que Jung en a commenté une dizaine dans sa Psychologie du Transfert [trad. Albin Michel, 1980]. Cf. Aurora consurgens I pour un commentaire. Voir en bibliographie pour un commentaire d'ensemble sur l'ouvrage.

 
L'alchimie formant, comme le savent les Amoureux de science, une véritable agriculture céleste, il était indispensable de donner à voir les belles constellations de l'atlas de Hevelius ; nous en avons tiré un véritable carrousel et une section, le zodiaque alchimique, dont la genèse fut laborieuse et la rédaction intimement liée au commentaire des cinquantes chapitres de l'Atalanta Fugiens.

La liste n'est point close, des curieux emblèmes que véhicule l'alchimie. Il faudrait encore citer la série des Ripley's Scrowle - cf. les Douze Portes - et, bien sûr, les lames de tarot qui véhiculent un langage hermétique évident.

note: dans un but évident de gain des temps de chargement, nous n'avons pas disposé les images sous forme de vignette, mais d'hyper lien ; au lecteur de trouver son bonheur au fil de ses recherches ! Nous mettons néanmoins à sa disposition un visionneur manuel qui lui permettra ensuite de polariser son attention vers la planche de son choix.

remerciements à : Alain Mauranne, PSP -

visionneur - diaporama (slide-show) adapté à chaque recueil : Atalanta fugiens - Philosophia Reformata - Triomphe Hermétique - Douze Clefs de Philosophie - Livre des Figures Hiéroglyphiques - Livre d'Abraham Juif - Mutus Liber - Toyson d'Or - De Lapide Philosophorum - Donum Dei - L'Escalier des Sages - Typus Mundi - Vices et les Vertus de Notre-Dame de Paris - signes du zodiaque - Tarot alchimique - Jardinet récréatif hermetico-spagyrique - emblèmes du Philosophe Solidonius - Aurora consurgens - Livre de la sainte Trinité - Ripley Scrowle - Alchymia [Libavius] - Azoth - Orthelius -


I. Atalanta fugiens [Michael Maier] - I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XIX - XX - XXI - XXII - XXIII - XXIV - XXV - XXVI - XXVII - XXVIII - XXIX - XXX - XXXI - XXXII - XXXIII - XXXIV - XXXV - XXXVI - XXXVII - XXXVIII - XXXIX - XL - XLI - XLII - XLIII - XLIV - XLV - XLVI - XLVII - XLVIII - XLIX - L

II. Philosophia Reformata [Jean-Daniel Mylius]

- première série : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XIX - XX - XXI - XXII -
- deuxième série : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XIX - XX -
- troisième série : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII -
 

III. Le Triomphe Hermétique [Limojon de Saint-Didier]

De Cavernis Mettalorum Occultus Est Qui Lapis Est Venerabilis Hermes -

IV. Douze Clefs de Philosophie [attribuées à Basile Valentin, apocryphe]

version Tripus Aureus (1618) : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII
version
Chymische Schrifften (1677) : I - II - III  - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - annexes : XIII - XIV - XV - XVI - XVII -
version Von dem Grossen Stein der Uhralten (1666)
I - II - III  - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII -

V. Livre des Figures Hiéroglyphiques [attribué à Nicolas Flamel, apocryphe]

I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X

VI. Livre d'Abraham Juif [apocryphe ; n'a sans doute jamais existé, hypothèse de Fulcanelli - intégré à l'alchimie de Nicolas Flamel, ouvrage attribué à Denis Molinier, qui est en fait un compendium du Bréviaire et du Testament

- version Molinier : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - [selon toute vraisemblance, Arsenal, MS. 6577 (173 bis. S.A.F.) 18th Century. 32 folios. Paper. 238x195mm. La clef de la grande science sur l'ouvrage philosophique inconnu jusques à présent.]
- version Welcome Institute, MS 3123 : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - [p115-125, 15 folios Abraham Eleazar. Explication des figures hiéroglyphiques d'Abraham juif. [Illustrated with 7 watercolour drawings from Flamel, numbered from 2 to 8. At the beginning this MS. is stated to be 'MS. XVII siècle (peut-être début du XVIIIe) avec douze jolies miniatures sur velin. Il provient de la bibliothèque de Jules Favre, à qui il avait été offert en présent.']
- version Bibliothèque de l'Arsenal : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - [probablement MS. 3047 (153 S.A.F.) 17th Century. 11 + A folios. Paper. 365x225mm. f Av 'les 7 figures enluminées de ce volume sont les fameuses figures que Nicolas Flamel trouva dans un livre dont l'auteur étoit Abraham juif.']

VII. Mutus Liber [Altus, apocryphe dû sans doute à Saulat Des Marez]

- planches en niveaux de gris : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV
- planches en couleur : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV
- planches de la Bibliotheca Chemica Curiosa de Manget, figurant à la fin du tome I, p. 938 et sq. :  I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV

VIII. Splendor Solis, Aureum vellus [Toyson d'Or, Salomon Trismosin pseudo, d'après le Splendor Solis]

- version 1598, Londres : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XIX - XX - XXI - XXII
- version 1582,
Kupferstichkabinett, BerlinI - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XIX - XX - XXI - XXII
- version 
1708?1718, SCHATZKAMMER DER ALCHEMIE, HAMBURG  : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XIX - XX - XXI - XXII [Merci à PSP]

IX. De Lapide Philosophorum [attribué à Lambsprinck]

- version du Dyas Chymica Tripartita : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV -
- Joachimsthal/Böhmen (?), 1607 - Lamspring : Tractatus de lapide philosophorum (Salzburg, M I 92) : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV - XVI -

X. Donum Dei [attribué à Georges Aurach - nombreuses versions]

- version Mylius [Anatomia Auri, 1628] : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII
- version Güldin Schatz [Aureum Vellus, 1708] : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII
- version Pretiosissimum Donum Dei, 1475 : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII
- version Sloane, 2560, XV, Opusculum alchemicum, cui est titulus Major Scientia ex operibus Arnaldi de Villa Nova et aliorum compositum] : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI -

XI. L'Escalier des Sages [Barent Coenders van Helpen] - en cours -

Alchimia - Aqua - Terra - Sulphur - Aer - Sal - Calor - Amor - Ignis - gehenna - Hermès -

XII. Typus Mundi.

I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XIX - XX - XXI - XXII - XXIII - XXIV - XXV - XXVI - XXVII - XXVIII - XXIX - XXX - XXXI - XXXII -

XIII. Les Vices et les Vertus de Notre-Dame de Paris

1. la prudence - 2. la folie - 3. la foi - 4. l'idolâtrie - 5. la charité - 6. l'avarice - 7. la patience - 8. la colère - 9. la persévérance - 10. l'inconstance - 11. la chasteté - 12. la luxure - 13. la concorde - 14. la discorde - 15. la force - 16. la lâcheté - 17. l'espérance - 18. le désespoir - 19. l'humilité - 20. l'orgueil - 21. l'obéissance - 22. la désobéissance - 23. la douceur - 24. la dureté - [d'après le Mystère des Cathédrales, 1er tome de la trilogie fulcanellienne]

XIV. Les signes du zodiaque [atlas de Hevelius] -

  1. Bélier - 2. Taureau - 3. Gémeaux - 4. Cancer - 5. Lion - 6. Vierge - 7. Balance - 8. Scorpion - 9. Sagittaire - 10. Capricorne - 11. Verseau - 12. Poissons - Le carrousel zodiacal -

XV. Le Tarot alchimique

  1. Mat - 2. Bateleur-  3. Papesse -  4. Impératrice - 5. Empereur - 6. Pape- 7. Amoureux - 8. Chariot - 9. Justice - 10. (H)ermite - 11. Roue de la Fortune - 12. Force - 13. Pendu- 14. Mort - 15. Tempérance -  16. Diable - 17. Maison Dieu - 18. Etoile - 19. Lune - 20. Soleil - 21. Jugement -  22. Monde - le carré hermétique roy de coupe - cavalier de denier - reine d'épée - valet de bâton -
 

XVI. Le Jardinet récréatif hermetico-spagyrique [Francfort, 1625, avec une collection de médaillons alchimiques, comportant cent soixante médaillons se rapportant chacun à un alchimiste et à une citation tirée de ses oeuvres : Daniel Stolcius de Stolzenberg, cf. bibliographie. Hortulus Hermeticus e Flosculis Philosophorum cupro incisis conformatus, & brevissimis versiculis explicatus; quo Chemie studiosi pro Philotheca uti, fessique Laboratoriorum ministri, recreari possint]

planches extraites du Dyas Chymica Tripartita dont elles forment la 1ère sous section de la 7ème partie [parties 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 a - b - c] :

 I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X -

XVII. Theatrum Chemicum Britannicum

I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XIII

XVIII. Emblèmes du philosophe Solidonius [Figurarum Aegyptiorum secretarum, XVIIIe, Paris, bibliothèque de l'Arsenal, MS. 973 - merci à PSP]

I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII

XIX. Aurora Consurgens [merci à PSP]

- planches du MS. de Zurich, Zentralbibliothek, MS. Rhenoviensis 172 : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XIX - XX - XXI - XXII - XXIII - XXIV - XXV - XXVI - XXVII - XXVIII - XXIX - XXX - XXXI - XXXII - XXXIII - XXXIV - XXXV - XXXVI - XXXVII - XXXVIII - (cf. AC, I et II)
- planches du MS. de Leiden, Codex Vossianus 29 : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - (cf. AC, II)

XX. Le Livre de la sainte Trinité [Das Buch der heyligen Dreyfaltigkeit]

- début du XVe : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XIX - XX - XXI - XXII - XXIII - XXIV - XXV - XXVI - XXVII - XXVIII - XXIX -

XXI. Rosarium Philosophorum

Rosarium Philosophorum, Francoforti, Cyriaci Iacobi, 1550 : I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - XV - XVI - XVII - XVIII - XIX - XX - XXI -

XXII. Ripley Scrowle

- David Beuther, Universal und Particularia... Hamburg, 1718 : I - II - III - IV - V -
- Huntington Library, San Marino, XVIe, d'après le Huntington catalogue  : I - II - III - IV -
- Edimbourg, XVe, Royal College of Physicians, Erskine Roll : I - II - III - IV -
-

XXIII. Alchemia - Libavius -

I - II - III - IV -

XXIV - Azoth [Aureliae Occultae Philosophorum]

- Azoth ou le Moyen faire l'or caché des philosophes, Paris, Perier, 1624 : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 -
- Aureliæ Occultæ Philosophorum in Theatrum Chemicum, tome IV, pp. 462-497 : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 -

XXV - Andreas Orthelius -  [Commentarius in novum Lumen Chymicum Michaelis Sendivogii Poloni, XII. figuris in Germania repertis illustratum]

- Bibliotheca Chemica curiosa, II, p. 521 et 525 : 1 - 2 -
- Theatrum Chemicum, VI, pp. 397-430 :
1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 -

XXVI - Giovanni Battista Nazari [Della transmutatione metallica]

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 -

XXVII - G. Salmon [Medicina Practica]

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 -

XXVIII - Symbola Aureae Mensae [Michael Maier - merci à Alain Mauranne]

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 -